18 juin 2024

Histoire du Séminaire

En 1569, un Petit Séminaire assez modeste est institué par le premier évêque de Namur Mgr Antoine Havet, en réponse aux souhaits du Concile de Trente  « pour donner à chaque diocèse un clergé capable, instruit et pieux » (art. IV du Concile Provincial de 1565). Ce n’est qu’en 1656 que le Grand Séminaire de Namur fut véritablement fondé et établi par l’évêque Jean de Wachtendonck en son emplacement actuel, à l’endroit d’un ancien béguinage, dit Hors-le-Postil (aujourd’hui rues du Séminaire et de l’Arsenal). Supprimé en 1797, il fut restauré en 1805 par l’évêque Charles-François de Pisani de la Gaude.

Après un transfert d’une trentaine d’années à Salzinnes, à l’emplacement de l’ancienne abbaye des Cisterciennes, le Grand Séminaire de Namur, devenu Séminaire Notre-Dame, réintégra en l’an 2000 les murs de l’antique institution, pour continuer sa mission de formation des prêtres pour l’Église d’aujourd’hui.

Depuis 2010, les séminaristes des quatre diocèses francophones de Belgique (Namur, Liège, Tournai, Malines-Bruxelles) sont formés ensemble à Namur, tout en gardant un lien avec leur diocèse d’origine,  notamment pour les stages pastoraux. Le Séminaire est depuis lors sous la responsabilité collégiale des évêques concernés.

Le Séminaire accueille également, pour leur formation, des religieux ainsi que des étudiants du Séminaire Redemptoris Mater et de l’Institut Diocésain de Formation de Namur (IDF) .

Pour s’orienter dans cette tâche, le Séminaire veille constamment à la qualité de contenu et à la bonne articulation des axes majeurs de la formation, tels qu’ils sont tracés dans la nouvelle Ratio Fundamentalis, document romain de 2017 qui fixe les normes pour la formation des futurs prêtres dans ses diverses dimensions (humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale).

 

Souvenirs …  souvenirs ….

Messe de rentrée de 1994, quand le Grand Séminaire était à Salzinnes :