23 avril 2024

Cours de théologie 2023-2024

Les Prophètes
Les mardis du semestre 2 (8h40-12h20) 
I. Ababi, S. Théate [6 ECTS] 
Ce cours entend traiter des livres prophétiques, tels qu’ils se trouvent dans la Bible hébraïque dont la seconde section est consacrée aux prophètes antérieurspremiers (Jos, Jg, 1-2 S, 1-2 R) ainsi qu’aux prophètes postérieursderniers (les 4 “grands” et les 12 “petits”), tout en tenant compte de l’accueil réservé à ce corpus dans le Canon chrétien. Après une description du phénomène du prophétisme dans le contexte du Proche-Orient ancien, chacun de ces livres prophétiques de la Bible fera l’objet d’une présentation conséquente, tandis que certains textes représentatifs seront approfondis dans le cadre des séances de lecture en sous-groupes. En définitive, il s’agira de déceler les caractéristiques du prophétisme biblique par rapport à celui de la culture environnante en vue de répondre à la question suivante : qu’est-ce qu’un prophète dans la Bible ?

 

Théologie fondamentale : initiation à la théologie et à ses méthodes
Les jeudis des semestres 1 et 2 (8h40-10h25)
I. Ababi, P. Vanderstuyft [6 ECTS] 

Ce cours propose une initiation à la théologie entendue comme une réflexion rationnelle et systématique dans et sur la foi à la lumière de la Révélation divine : d’abord, à travers l’étude des fondements de la théologie catholique (l’Écriture et la Tradition) grâce à une lecture attentive de la constitution dogmatique Dei Verbum ; ensuite, à travers un parcours sélectif de l’histoire de la théologie afin d’en dégager ses principes essentiels et ses traits méthodologiques majeurs ; enfin, par la présentation commentée du document de la Commission biblique pontificale, L’interprétation de la Bible dans l’Église, consacré à l’herméneutique biblique. En outre, ce cours comportera une partie heuristique visant à présenter la démarche indispensable de recherche documentaire et les principaux outils bibliographiques, en vue de l’élaboration d’une étude personnelle dans le domaine de la théologie.

 

Introduction aux Évangiles synoptiques 
Mercredis 13 et 20 sept., 4,11 et 18 oct., 15 et 22 nov., 6 et 13 déc. (14h-15h45) – accessible en visio
J. Rochette [2 ECTS]
Matthieu, Marc et Luc sont appelés « synoptiques » parce qu’ils présentent de telles similitudes de fond et de forme qu’ils peuvent être édités en trois colonnes parallèles. Mais une lecture attentive laisse apparaître des différences entre eux. Les évangiles synoptiques ne rapportent pas toujours les mêmes épisodes, les mêmes paroles de Jésus. Chacun d’entre eux contient des passages qui lui sont propres. Comment expliquer ces ressemblances et ces différences ? Qui sont réellement Matthieu, Marc et Luc ? Pourquoi et pour qui ont-ils écrit leur évangile ?  Quel regard chacun d’entre eux porte-t-il sur Jésus ? Ces textes que nous croyons trop souvent bien connaître peuvent encore nous surprendre et sont toujours une bonne nouvelle pour nous aujourd’hui.

 

Les Évangiles synoptiques : saint Marc
Les vendredis du semestre 1 (8h40-11h25)
P.-M. Jerumanis, R. Briede [4,5 ECTS]

C’est le premier Évangile, celui de Marc, qui retiendra toute notre attention. Nous ferons une lecture suivie de ce texte qui, dès le début, se présente comme la « Bonne nouvelle (Évangile) de Jésus Christ, Fils de Dieu » (Mc 1,1). En suivant les étapes de la progression narrative, nous tenterons de comprendre qui est, pour Marc, Jésus comme Christ et comme Fils de Dieu, tout en nous laissant guider par l’auteur dans la découverte d’autres aspects déployés dans le texte. Nous étudierons successivement le prologue, le ministère en Galilée, les voyages à l’étranger, le déplacement de la Galilée à Jérusalem et le séjour final à Jérusalem qui se clôt sur la Passion, la mort et la résurrection.
Nous proposerons aussi des regards parallèles sur les deux autres synoptiques pour déployer quelques aspects de leur richesse.

 

Christologie et sotériologie
Les mardis du semestre 1 (14h-16h50) et les mardis du semestre 2 (14h-15h45) 
J. Spronck, L.-F. Karuhije, P.-M. Jerumanis [7,5 ECTS] 
« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6). Par cette autorévélation, Jésus a admirablement manifesté son identité et sa mission : il est l’unique Chemin qui conduit au Père, il est la Vérité qui donne la Vie. NB. Le cours se compose de deux parties. Il est possible de suivre la première sans suivre la seconde.
– 1er semestre (4,5 ECTS) : le mystère de la personne du Verbe incarné. Après un parcours de christologie biblique, nous verrons comment l’Église a approfondi sa connaissance du mystère du Christ par une assimilation de la Révélation, en étant confrontée à certaines crises. Nous étudierons ainsi les grands conciles christologiques (Nicée, Éphèse, Chalcédoine…) ainsi que saint Thomas d’Aquin.
– 2e semestre (3 ECTS) : le salut apporté par le Christ (sotériologie). Nous étudierons les schémas théologiques qui expriment le salut offert en Jésus-Christ (rédemption, expiation, satisfaction, libération). Nous aborderons aussi quelques questions contemporaines.

 

Les Actes des apôtres
Mercredis 14 et 21 fév., 13 et 20 mars, 10, 17 et 24 avril, 15 et 22 mai (10h25-12h20)
M. de Lovinfosse [2 ECTS]

L’auteur de l’Évangile selon Luc a tenu à poursuivre son œuvre par un second tome, les Actes des Apôtres, qui dévoile plusieurs aspects demeurés en germe dans le premier. Dans ce récit sont relatés les défis et les joies des premières communautés chrétiennes. Que sont devenus les premiers disciples de Jésus après sa mort, sa résurrection et son exaltation à la droite de Dieu ? Comment, à partir de Jérusalem, ce premier groupe relativement petit et fragile, sans perspective d’avenir, s’est-il développé jusqu’à devenir un mouvement international rassemblant des hommes et des femmes de différentes cultures et conditions sociales ? Comment l’identité chrétienne a-t-elle commencé à se forger à partir de la reconnaissance croyante de Jésus Christ ? La manifestation vivante de celui-ci a suscité le dépassement de bien des frontières intérieures et extérieures.

 

Liturgie fondamentale
Les lundis du semestre 2 (14h-16h50)
P. Vermeersch [4.5 ECTS] 
En partant de la constitution conciliaire sur la liturgie Sacrosanctum Concilium et du Catéchisme de l’Église Catholique, le cours cherchera à situer la liturgie dans l’histoire du salut, la vie chrétienne et l’étude théologique. Il introduira à une théologie liturgico-sacramentaire qui tienne compte des recherches actuelles en anthropologie et une approche des sources liturgiques. Le cours s’appuiera aussi sur la lettre apostolique J’ai désiré d’un grand désir du pape François.

 

Sanctification du temps
Les mardis du semestre 1 (10h35-12h20) 
A. Somville [3 ECTS] 
L’espace et le temps sont les coordonnées essentielles de la vie humaine. Les célébrations liturgiques de l’Église s’inscrivent dans un calendrier et se déroulent selon des rythmes particuliers : rythme hebdomadaire (dimanche), rythme annuel (année liturgique), rythme quotidien (prière de jour et de nuit). Le cours abordera les fêtes de l’année liturgique, le sens du dimanche comme Jour du Seigneur, les fêtes des saints et la Liturgie des Heures. Le Christ est venu habiter l’histoire des hommes pour la sanctifier et en faire une histoire sainte (Cf. Sacrosanctum Concilium, n° 102-111).

 

Morale fondamentale
Les mercredis des semestres 1 et 2 (8h40-10h25) 
R. Lugarezi , C. Cossement [6 ECTS] 
Qu’est-ce qu’agir en chrétien ? Comment rendre compte de la vie morale des disciples du Christ ? À  partir des Écritures, de la Tradition et de l’histoire de l’Église, nous serons conduits à approfondir quelques thèmes comme la morale et la spiritualité, l’actualité de la loi naturelle, la notion de personne humaine, la liberté, la conscience et la loi, les vertus, les dimensions ecclésiales et sociales de l’agir chrétien…  Notre attention se portera particulièrement sur le discernement et le jugement moral du chrétien dans l’action. Le cours est organisé dans une alternance entre des exposés magistraux et des présentations orales, durant lesquelles les étudiants : 1° exposent à tour de rôle un travail personnel et actualisent une thématique ; 2° élaborent ensemble un discernement moral à partir d’une situation pastorale.

 

Histoire et théologie de la spiritualité occidentale 
Les vendredis du semestre 2 (15h30-17h00) – accesssible en visio
B. Lobet [3 ECTS]
La spiritualité s’intéresse plus spécialement à la vie spirituelle dans son expérience, dans ses conditions et ses progrès, afin de la promouvoir pratiquement. Elle se base sur le témoignage apostolique néotestamentaire d’abord, sur les auteurs spirituels et mystiques ensuite, et se tient en connexion étroite avec la considération plus théorique et plus générale de la théologie spéculative, établissant ainsi une circulation de la pensée et de l’expérience qui crée une unité vivante entre les différents registres de la sagesse théologique. Après avoir présenté de manière systématique les fondements de la vie spirituelle, nous pourrons parcourir à grands traits la longue histoire de la spiritualité chrétienne pour en découvrir tout le dynamisme et la diversité.

 

Droit canonique (Livres I-II)
Les mercredis du semestre 1 (10h35-12h20)
J.-C. Condé Cid [3 ECTS]

Pour entrer dans le droit de l’Église, il convient d’en apprendre le langage fondamental et les principes de base de son fonctionnement technique. C’est l’objet du Livre I intitulé « Normes générales », qui traite des lois, décrets et autres actes administratifs ; des personnes physiques et juridiques ; du pouvoir de gouvernement et des offices ecclésiastiques. Quant au Livre II intitulé « le Peuple de Dieu », on a dit de lui qu’il était le dernier document du Concile Vatican II. C’est qu’il traduit canoniquement l’ecclésiologie de ce Concile, en traitant d’abord des fidèles du Christ ; puis de la constitution hiérarchique de l’Église ; enfin des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostoliques. Ces diverses réalités ecclésiales seront présentées en articulation avec des questions d’actualité, comme celle de la « synodalité ».

 

Histoire de l’Église (du Ier au VIIIème siècle)
Les mardis du semestre 1 (8h40-10h25)
B. Lorent [3 ECTS] 

Le cours étudie les origines du christianisme et le développement de l’Église depuis les Apôtres jusqu’à l’Empire carolingien. Une attention particulière est donnée au contexte historique et culturel qui a vu naître le Christ. Après sa mort et sa résurrection, ses disciples prennent en charge la destinée de la jeune Église et propagent la Bonne Nouvelle dans tout le bassin méditerranéen, malgré les persécutions. À ce temps des martyrs succède celui de la réflexion dogmatique qui va servir de fondement à l’Église jusqu’à nos jours. C’est aussi le temps de l’éclosion des premiers mouvements religieux. Les invasions barbares, suivies de la constitution d’états souverains en Europe, servent de cadre à la poursuite de l’expansion du christianisme à travers le monde occidental. Cette réflexion sur un développement pluriséculaire aboutit à la constitution d’un nouvel empire, œuvre de Charlemagne qui réunifie l’Occident sous la bannière du Christ. Se constitue ainsi la chrétienté médiévale. L’Orient chrétien voit alors son destin se détacher peu à peu de celui de Rome et du reste de l’Église.

 

Patrologie latine
Les vendredis du semestre 2 (10h35-12h20)
A. Vinel [3 ECTS]

« Deus Christianorum » : Introduction aux Pères de l’Église latins. Les diverses formes de paganisme que les Pères rencontraient prônaient, elles aussi, une atmosphère spirituelle. La valorisation d’un sacré omniprésent suscitait une ‘nouvelle religiosité’. Parmi les idées maîtresses qui ont animé l’histoire et l’art, il y a l’idée de dieu, qui anime le monde méditerranéen antique. Telle est la toile de fond de notre approche de l’intelligence patristique du Dieu Chrétien. Qu’est ou « qui » est-il pour les Pères latins ? Comment l’ont-ils exprimé ? Et pourquoi ont-ils insisté — plus que les Pères Grecs — sur l’Unitas de Dieu-Trinitas ? Ils : ce sont cinq témoins engagés dans la Contemplation et l’Annonce, quatre siècles durant, en Afrique du Nord, en Gaule et à Rome : Tertullien, Cyprien, Hilaire de Poitiers, Augustin et Grégoire le Grand.