Séminaire de Namur

Lieu de formation pour les séminaristes en Belgique francophone

Ordination diaconale de Quentin ce dimanche 15 décembre, reportage de Christine Bolinne:
Quentin a répondu oui à son ''pote en ciel''
Voilà ce qui s'appelle faire l'unanimité. Un jeune homme souriant, bienveillant, à l'écoute, toujours prêt à rendre service... Ceux qui prendront la parole parleront d'une même voix pour décrire Quentin Collin. Portrait dressé ce dimanche, à Rochefort, lors de son ordination diaconale en vue du sacerdoce. Quentin avait 7 ans quand il a ressenti, en lui, la possibilité de glisser ses pas dans ceux du Seigneur. Il faudra du temps, des hésitations, des moments de doute avant de répondre ''oui''. Et Quentin Collin d'ajouter: ''Et d'être heureux''.
 
Des sourires et encore des sourires. Celui de Quentin Collin, d'abord. A quelques minutes de son ordination, il est présent dans l'église Notre-Dame de la Visitation pour accueillir chacun. Là encore pour régler les soucis de dernière minute... S'occuper pour ne pas laisser le stress gagner du terrain!
Quentin Collin avait 7 ans quand il a été marqué par un extrait d'évangile: ''La moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux.'' Dans sa tête d'enfant, c'était décidé, il serait l'un de ces moissonneurs. Une vocation qui mettra du temps pour mûrir. Il fera un détour par l'enseignement: il sera durant deux ans instituteur. Et aujourd'hui, quand il est amené à témoigner auprès des jeunes, il leur parle tout simplement de son ''pote en ciel.''
Il est 15h lorsque la procession fait son entrée dans l'église. Des prêtres, des diacres permanents, des séminaristes venus le soutenir, des acolytes et un évêque. Mgr Pierre Warin ordonne, pour la première fois, depuis son installation comme évêque titulaire, un diacre en vue du sacerdoce. Lui aussi est rayonnant. Quentin Collin prend place, dans l'assemblée, auprès des siens. Originaire de Habay-la-Neuve, Quentin appartient à une belle et grande famille de huit enfants. Un futur prêtre - il devrait être ordonné en juin prochain- qui a fait l'unanimité partout où il est passé.

Prier l'esprit Saint
La liturgie de l'ordination débute par l'invocation de l'Esprit Saint. Un chant, le Veni Creator qui sera suivi d'une longue prière à l'Esprit Saint. Extrait: ''Regarde maintenant, Dieu très bon, celui à qui nous imposons les mains aujourd'hui: nous te supplions de le consacrer toi-même, pour qu'il serve à l'autel et accomplisse la fonction diaconale. Envoie sur lui, Seigneur, l'Esprit-Saint: par lui, qu'il soit fortifié des sept dons de ta grâce, pour remplir fidèlement son ministère.'' La prière à l'Esprit Saint et l'imposition des mains de l'évêque sur la tête du candidat sont signes de l'ordination. Quentin Collin, tout sourire, recevra ensuite l'étole et la dalmatique avant l'évangéliaire. Le Jubilate Deo entonné par la chorale et l'assemblée résonnera alors dans cette vaste église.
Mgr Warin, dans son homélie: ''Le diacre est ordonné en vue du service. Il est le signe sacramentel, c'est-à-dire visible et efficace, du Christ-Serviteur. Certes, il n'a pas le monopole du service ni du cœur. Tous les baptisés sont appelés à servir, et incontestablement le service du frère doit animer tout ministère pastoral. Mais le diacre rappelle à toute l'Eglise qu'elle doit être en tenue de service. Le Christ-Serviteur, qui a lavé les pieds des disciples et a regardé ceux-ci non de haut en bas mais de bas en haut, doit être particulièrement visible et lisible chez les hommes à l'étole en sautoir (ndlr: le diacre contrairement au prêtre ne porte pas l'étole autour du cou mais posée sur une épaule).'' Et Mgr Warin de terminer en s'adressant à Quentin: ''Au nom du Seigneur et de l'Eglise, je te remercie, ainsi que ta famille, pour ton oui entier et joyeux, et je te confie à la grâce de Dieu.''
Mgr Warin aura encore une pensée pour les plus défavorisés: ''Ce dimanche est aussi celui de l'Action Vivre Ensemble qui nous rappelle qu'aussi chez nous la pauvreté se porte comme un charme. La donnée est effrayante: en Wallonie, un enfant sur quatre vit sous le seuil de la pauvreté. Comment pourrions-nous accueillir bientôt le Dieu qui vient comme un pauvre, qui naît à la belle étoile, dans un décor de misère, dans une mangeoire d'animaux, sans en même temps ouvrir nos mains et notre cœur aux défavorisés? Puissions-nous leur apporter paix et réconfort!''
C'est sous les applaudissements qu'il quittera l'église.
C.B.
 
Lire l'article, voir d'autres photos sur le site du diocèse de Namur via ce lien

  Alexandre, a été ordonné diacre en vue

  du sacerdoce ce 27 octobre Alléluia !Ordination d'Alexandre par le cardinal de Kesel

  Alexandre Wallemacq, séminariste du diocèse de Malines-Bruxelles a été ordonné diacre en vue du sacerdoce au cours de l’eucharistie présidée par le Cardinal Jozef de Kesel, le dimanche 27 octobre à 18h à la paroisse St Médard à Jodoigne.

 

lire la suite

Journée du Studium à Tongres

De l'avis de tous, ce fut une belle journée, chargée d'histoire, pluvieuse à souhait, un retour aux origines gallo-romaines de la Belgique et à l'histoire toute particulière des liens entre Tongres, Liège et Maastricht. Merci aux guides qui ont su faire vivre les pierres, et à Mgr Hoogmartens pour son accueil très chaleureux et attentif et la belle eucharistie vécue ensemble dans la basilique. 

On parle du Séminaire sur KTO ( à partir de la minute 6.05)

 


Une rentrée au Séminaire sous le signe de l'identité presbytérale
Après une semaine de retraite à l'abbaye d'Orval, les séminaristes retrouvent, ce mardi, les chemins qui mènent aux salles de cours. Hier, c'était jour de rentrée académique. Une rentrée sous le signe du changement: un nouveau recteur, un nouveau président pour les Namurois et sous les yeux du nouvel évêque diocésain, Mgr Pierre Warin. Nouveauté encore pour quatre jeunes séminaristes qui entament leur cursus.
Le chanoine Joël Rochette était installé parmi ceux et celles qui, chaque année, participent à la rentrée académique. Durant 18 ans, il a présidé ce rendez-vous avant de passer le flambeau à l'abbé Joël Spronck. Ce dernier, en tant que recteur du Grand Séminaire de Belgique francophone, ne manquera pas de lui rendre hommage:''Que le chanoine Rochette soit ici, une fois encore, remercié pour le temps et l’énergie qu’il a investis avec foi et patience, tout au long de ces années, dans la formation des futurs prêtres. Nous lui souhaitons tout le courage et le discernement nécessaire dans sa nouvelle mission de vicaire général du diocèse de Namur.''Le public n'a pas manqué d'applaudir chaleureusement.
L'abbé Spronck du diocèse de Liège souhaitera ensuite, à chacun, la bienvenue''en ce séminaire, cette institution multiséculaire, dont la vocation première est de former les futurs prêtres qui seront demain au service de nos communautés paroissiales. ''Il rappellera ensuite ce qu'est un recteur de séminaire ou encore un président de séminaire. Si le chanoine Rochette a longuement cumulé les deux fonctions, c'est désormais le passé. Alors autant repréciser les choses. Le recteur, dira l'abbé Spronck''est responsable de la Maison-Séminaire, et veille au jour le jour à ce que les séminaristes qui sont confiés au SND reçoivent une bonne formation humaine, spirituelle, intellectuelle, adaptée à leurs capacités, à leur itinéraire, à leur personnalité.''Il est aidé des formateurs. Les présidents, un par diocèse francophones, sont là pour épauler ''leurs'' séminaristes: des entretiens en vue de l'admission à la présentation au jour de l'ordination. Ils sont quatre, un par diocèse francophone. Pour Namur, c'est l'abbé François Barbieux (lire par ailleurs).

Quatre entrées

Les plus curieux sont toujours avides de savoir combien de séminaristes sont inscrits. L'abbé Spronck a tenu, d'emblée à les en informer. Même si les chiffres peuvent encore un peu évoluer, ils sont aujourd'hui 54: des séminaristes diocésains (21), des séminaristes des séminaires missionnaires Redemptoris Mater de Namur et de Limelette (19) et 14 religieux. Il y a quatre entrées: deux pour le diocèse de Liège et deux pour le diocèse de Namur. Sans oublier les étudiants de l'IDF inscrits en vue de devenir professeur de religion. Chaque année, des hommes et des femmes viennent suivre en élève libre, des cours. Et ce en fonction de leur intérêt. Le recteur Spronck:''On le voit: dans le paysage ecclésial belge, le Studium du séminaire de Namur apparaît de plus en plus comme un centre d’études philosophiques et théologiques qui accueille des étudiants d’horizons divers et qui est au service des diocèses et de la vie des communautés chrétiennes. Puissions-nous rendre grâce, surtout quand on sait combien le climat ecclésial et sociétal est parfois très rude sous nos latitudes…''

L'identité presbytérale

Dans son allocution de rentrée, le recteur Spronck a encore tenu rappeler ce qu'est ''l'identité presbytérale.''
''Je voudrais simplement rappeler, à la suite du Concile, que l’identité et la mission du prêtre s’expriment avant tout dans cette configuration progressive, dans cette ressemblance au Christ Pasteur, Serviteur, Tête et Époux de l’Église (Presb. Ordinis 2 ; PDV 3; RF 35), une configuration qui s’opère sous l’action de l’Esprit, notamment par le moyen de l’ordination sacramentelle. Les prêtres participent ainsi à l’unique sacerdoce du Christ et à sa mission salvifique; ils sont les collaborateurs des évêques et ne peuvent se comprendre qu’en référence, mieux au service de l’Église, Peuple de Dieu, Corps du Christ et Temple de l’Esprit (LG 17 ; RF 30).''
Le prêtre a trois missions: il est là pour annoncer l'Evangile,, sanctifier le peuple, le conduire vers le Royaume. Tout en reprécisant:''Mais c’est le Christ – Unique Pasteur et Grand-Prêtre éternel – qui opère tout cela à travers lui.''
Le recteur Spronck terminera par un souhait, celui que de nombreux jeunes perçoivent l'appel pour l'Eglise. Et d'inviter chacun à faire preuve d'audace pour glisser dans l'oreille d'un candidat potentiel que la prêtrise pourrait lui convenir. Et c'est encore valable pour toutes les vocations.
Il ajoutera encore:''L’identité presbytérale doit s’exprimer dans l’exercice du ministère, dans la relation aux fidèles qui souvent sont édifiants par leur témoignage de foi et d’amour; elle se construit dans la collaboration avec les laïcs engagés, dans le travail en équipe avec les autres agents pastoraux. Au final, cette identité doit surtout se réaliser dans la charité pastorale, dans l’humble service et le don de soi aux communautés, dans l’attention aux pauvres, dans l’attitude miséricordieuse, dans l’engagement missionnaire, dans l’élargissement du cœur aux dimensions universelles du cœur de Dieu.''
La leçon inaugurale a été donnée, cette année par Pascal Daesseleer. Professeur de philosophie, il posera une question: ''Pourquoi la formation philosophique du séminariste comporte-t-elle encore de la métaphysique?'' Les responsables des sections philosophie et théologie présenteront les grandes lignes de l'année à venir. Il était alors temps pour Mgr Warin de gagner le podium pour déclarer''Je vous souhaite une belle année au Séminaire et en communion avec mes frères évêques, je déclare celle-ci officiellement ouverte.''Après l'eucharistie présidée par Mgr Warin, un temps de convivialité a rassemblé les participants.
Photos: A.S.